Vous êtes ici

Première en Europe : une centrale de géothermie marine

17 octobre 2016

C'est une première en France et en Europe et c'est à Marseille !  La centrale de géothermie marine Thassalia - qui vient d'être inaugurée dans le secteur Euroméditerranée -  présente la particularité d'utiliser l'eau de mer pour réchauffer ou refroidir les bâtiments qui lui sont raccordés.
Ce projet-pilote - nommé également "boucle d'eau de mer" - propose une solution technique innovante, économe en gaz à effet de serre, et qui valorise l'énergie renouvelable issue de la Méditerranée.

A terme, la centrale alimentera, en énergie durable, un territoire de près de 500 000 m² de bâtiments.

Les économies attendues sont conséquentes : jusqu'à 70 % de réduction des émissions de CO2 et  65% sur la consommation d'eau.

Le réseau est constitué :
- d’une station de pompage qui aspire de l’eau de mer dans les bassins du Grand Port Maritime de Marseille, et la rejette après que des échangeurs thermiques en aient récupéré l’énergie (de la fraîcheur en été, de la chaleur en hiver)
- d’un circuit d’eau industrielle enterré sous la voirie d’environ 3 km, permettant de transporter cette énergie jusqu’aux bâtiments à refroidir ou réchauffer.

En été, l'eau de mer, plus froide que l’air extérieur, permet un rafraîchissement direct des bâtiments, éventuellement complété par des groupes frigorifiques.
En hiver, l'eau de mer, dont la température est supérieure à celle de l’air, n’est pas suffisante pour chauffer directement les locaux. Un appoint par une chaufferie gaz est donc nécessaire.

C'est la société "Thassalia", filiale du groupe Engie (ex-GDF), qui développe cette technologie d'avenir. Le budget global est de 35 millions d'euros.

La Ville de Marseille a accordé 250 000 euros de subvention à ce projet de réseau de thalassothermie, confortant son engagement en faveur de l’écologie urbaine.

Accès rapides

Réseaux sociaux

 

Suivez nous sur Facebook !

 

  Live Tweet